Du street art à Caen ? | Focus sur Thurb (+ suprise!)

C’est avec grand plaisir que nous avons rencontré le jeune artiste Thurb, autodidacte,  qui pose ses graffs dans l’agglomération caenaise depuis environ un an, après avoir décidé qu’il fallait toucher à tout pour connaître ses techniques préférées. Dans un article précédent, Thurb est apparu dans cette même rubrique « du street art à Caen ? », c’est à ce moment-là qu’on a décidé d’en savoir un peu plus sur lui.

En effet, avant que la rue soit son terrain de jeu et principalement le campus universitaire, c’était sur du papier qu’il déposait sa créativité avec des illustrations qui auraient leur place dans des cartoons.

On vous laisse découvrir son portrait…

thurb1
Source : FB Thurb

Thurb est un blase qui existe depuis deux ans, cela lui permet de se faire connaître dans le milieu où les contacts sont primordiaux.

Avant de faire des graffs, il a crée il y a 5 ans un blog de dessins qui lui a permis de faire des rencontres et de se faire connaître progressivement. En effet à la base, il crée des illustrations en 2D, surtout des personnages, mais il est aujourd’hui dans une phase de test où il cherche à définir quelle technique lui convient le mieux pour ses projets à venir.

ThurbDble vie
Source : FB Thurb

Dans ses œuvres, il cherche avant tout à faire passer des messages, que ça ne reste pas vide de sens ; juste faire passer une idée, parfois avec humour. On peut le voir dans sa toile Double-vie.

Thurb a eu la chance d’exposer à Paris l’année dernière qui a été l’aboutissement de plusieurs mois de travail sur le concept du SPRAYVIEW réalisé à l’aide de Jisbar qui réunissait 25 artistes avec pour but la réalisation d’une bombe de peinture avec leur propre style et univers.

thurb expo
L’expo de Paris sur le concept du SPRAYVIEW. Source :  http://louisbd.blogspot.fr

Le Bang Gang Clan, dont fait parti Thurb, est une crew d’artistes situés sur l’ensemble de la France mais qui se centre plus particulièrement sur la capitale, Paris. Ces derniers font régulièrement des expos, la prochaine aura lieu en septembre.

D’autre part, il a déjà effectué quelques ventes notamment des commandes de toiles de  particuliers ou d’amis. Pour cela, il suffit de le contacter sur sa page facebook.

Si jamais ce n’est pas l’art en tant que tel qui vous intéresse mais des objets plus pratiques ou « utile » (mais l’art c’est utile !), cela fait quelques mois qu’il a crée sa marque de vêtements, essentiellement des t-shirts et sweats. Ce qui lui permet d’être autonome et de continuer de se faire connaître dans un rayon plus large.

Un de ses rêves serait de réaliser une fresques avec l’artiste autrichien Nychos et de laisser sa trace dans des grandes villes des Etats-Unis, berceaux du street art, telles que Los Angeles ou encore New York.

thurbnychos
Fresque de Nychos. Source : The Art of Sharing.

Toujours au lycée, son activité lui prend du temps et cela est parfois difficile de combiner les deux. Heureusement, il a la chance d’avoir un soutien de la part de ses proches. Par la suite, il aimerait intégrer une école d’art.

Présent sur de nombreux réseaux sociaux, vous pouvez le retrouver sur Facebook, Instagram, Twitter et Snapchat (louisbull).

Thurb c’est aussi…

thurbmots

Tentez de gagner ce print sur la page Facebook du blog !

thurbprint

 

 

L’ESAT de Colombelles : mais c’est quoi ?

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Damien Yung qui nous a fait visiter l’ESAT de Colombelles. L’idée de visiter l’ESAT a germé de nos visites régulières, achats, dégustations de thés et de chocolats de la boutique Gourm’handi’ses située au centre-ville de Caen (en face d’ETAM lingerie). Ce que vous voulions au départ c’était visiter la chocolaterie où sont fabriqués ces délicieux chocolats et on s’est rendu compte que l’ESAT situé à Colombelles c’est bien plus qu’une simple chocolaterie !

Il y a 3 articles au sujet de cette visite :

  1. Celui que vous lisez qui est comprendre l’ESAT
  2. La visite
  3. La dégustation de produits

Il y aura en effet un article en plus que ce que nous avons l’habitude de faire quand nous visitons un endroit puisque je pense qu’il est nécessaire de vous expliquer ce qu’est un ESAT, comment ça fonctionne et que surtout il en existe ici juste à côté de chez nous et surement juste à côté de chez vous aussi. Nous pensons que c’est important d’être sensibilisé à ces établissements de services et d’aide pour les personnes handicapées mentales, moteurs ou psychiques.

Cette rencontre a été une véritable découverte pour nous. Nous avons appris des choses vraiment très intéressantes ainsi que rencontré des personnes formidables et passionnées.

Lire la suite »

Le Café Sauvage : késako ?

Le Café Sauvage c’est un lieu situé près de la place Saint-Sauveur, un endroit où on se retrouve, où on boit un thé ou une bière, où on mange, où on partage et où on vit ensemble. C’est un lieu décalé de ce qu’on a l’habitude de voir mais convivial et plein d’amour.

On y propose des petits déjeuners, des déjeuners dits « la Cantine Sauvage » qu’on peut venir préparer nous-mêmes en tant que bénévole. Mais pas que ! Le Café Sauvage n’est un simple lieu de restauration mais aussi et surtout un lieu d’échange.

On peut venir y faire des ateliers de toutes sortes, que ce soit du bricolage, du recyclage, de la cuisine ou toute autre chose qui vous passionne et que vous voulez partager avec d’autres en proposant vous même votre atelier.

Nous sommes allés de bon matin pour notre initiation au Café Sauvage. Régulièrement ont lieu des concerts le matin pour se réveiller en musique, ou le soir pour une petite soirée. Nous avons mangé quelques pancakes et bu un thé à prix libre tout en écoutant quelques chansons de Nicolas Delahaye, musicien de Concrete Knives et Eleacampane. Une atmosphère tamisée avant le lever du soleil qui nous permet un réveil musical toute en douceur avant de repartir sur les bancs de la fac. On y trouve non seulement des étudiants mais aussi des gens pressés avant leur journée de travail, qui viennent prendre un petit café en se remplissant de bonne humeur pour la semaine. On adhère!

Parlant d’adhésion, à votre arrivée au Café Sauvage, vous devez directement devenir adhérant avec une cotisation annuelle libre et qui vous permet de venir, de participer et d’échanger au Café, avant même de vous rendre compte de ce que le Café peut vous proposer. Vous devez adhérer avant de pouvoir participer à n’importe quel événement, avant de savoir si l’idée va vous plaire ou non.

Tous les prix sont libres, c’est un peu déconcertant parce qu’on n’a vraiment pas l’habitude mais un tableau est affiché avec les prix conseillés si vous êtes complètement perdus. Tous les coûts du Café Sauvage sont affichés, cela va de la simple matière première jusqu’au loyer, ils sont totalement transparents ! Leur but n’est pas de faire un maximum de profit mais d’être autosuffisant, de rentrer dans leur frais afin de continuer l’aventure.

Pour vous faire une idée, il suffit d’y passer. Le Café Sauvage propose énormément de choses à faire ensemble avec comme ligne directrice le partage. Une adresse à recommander ! Leur page Facebook est quotidiennement mise à jour qui nous permet d’être au courant des événements organisés.

 

J’ai testé pour vous…

…Les applications de rencontres

J’ai essayé pendant une semaine trois applications de rencontres : Lovoo, Tinder et Adopte Un Mec. Bon, je crois que vous les connaissez toutes mais je vais quand même vous dire les avantages et les inconvénients de chacune de ces applications, si jamais un jour vous voulez essayer pour vous amusez ou pour chercher l’Amouuuur, avec un grand A !

Lovoo  

Cette application de rencontres est basée sur un petit profil avec une mise en avant des photos. Dans le profil, on y trouve une petite description et des données personnelles susceptibles d’intéresser les personnes qui visitent ton profil. Avec la géolocalisation, on voit les photos des gens autour de soi. Sur les profils on peut matcher (dire qu’on est intéressé). Si la personne à laquelle on a mis un match et que lui a mis un match sur ton profil, on peut discuter. Si on n’a pas mis de match, la personne intéressée peut m’envoyer un message et on accepte ou non de lui répondre.

Lovoo-App-658x370-c20bb5cd8703ec28

Les avantages de Lovoo sont autant que les inconvénients. Lovoo se base sur la géolocalisation pour retrouver « des mecs près de chez vous ». On a un petit radar qui nous indique qui se trouve à x kilomètres de nous. Bien que très utile pour ceux qui habitent en ville, pour moi, il ne m’a servi à rien. J’ai eu l’impression que Lovoo ne bougeait pas trop si on est en campagne. Mais, le lendemain à mon réveil, j’ai eu une centaine de Match et des demandes de chats venant de tous types de mecs d’âge différent.

  • Même si, on peut changer nos critères de recherche en choisissant Hommes/Femmes/peu importe et l’âge, ça n’empêche pas que les personnes d’environ 40/50 ans viennent parler à des minettes de 18 ans. Après, on n’est pas obligé d’entamer une conversation avec eux. Et heureusement!
  • J’ai conversé avec quelques gars et j’ai vraiment eu l’impression que la plupart sont là pour des plans culs. Après, il y en a toujours qui sont là juste pour papoter, pour se plaindre, pour se vanter, etc. Mais je dirais que 7/10 sont là pour chercher un plan cul en faisant une recherche très direct: « Slt, t bel, sa te diré d’etre mn plan q ». Cependant, je ne pense pas que trouver l’amour sur ce site est impossible mais faut tomber sur la bonne personne. En effet, j’ai aussi parlé avec des gars de choses intéressantes et qui n’étaient pas là pour trouver à tout prix une fille.
  • Encore que, pour trouver l’amour, il faut trouver la catégorie de mec qui nous correspond. Il y a ceux qui se croient beau goss en montrant leurs abdos (même si y’en a pas toujours). Ils vont forcer à fond en faisant une tête de « ouais je suis beau t’as vu? ». Ensuite, il y a ceux qui sont beaux goss qui le savent et qui font « je sais que je suis beau mais j’fais genre j’le sais pas » et puis il y a ceux qui s’en foutent, qui sont là juste pour s’amuser en mettant des photos d’eux sans prise de tête.

En plus, si vous la testez juste pour vous amusez, vous seriez étonnés de savoir qui est inscrit à Lovoo près de chez vous et que vous connaissez.

Tinder

Tinder, c’est compliqué ! Après une semaine d’utilisation je n’ai toujours pas compris cette application alors s’il y a une bonne âme qui passe par là et qui voudrait me l’expliquer je serais toute ouïe !

Tinder_logo

À en entendre parler, Tinder c’est génial. Moi, l’application m’a tout de suite énervée. Déjà, elle ne fonctionne pas sur tous les portables ni sur toutes les tablettes. Soit c’est parce que j’ai une tablette et un portable trop vieux, soit c’est parce que c’est une application avec beaucoup de bugs. J’ai du mettre 20 bonnes minutes pour l’installer. Et c’était seulement le début : obligation de s’inscrire sous Facebook, Tinder possède donc nos photos Facebook, nos intérêts, mais aussi nos amis en communs avec les autres utilisateurs. Si pour certains, c’est une bonne chose, pour d’autres c’est vraiment pas pratique : je me suis retrouvée avec plus de 100 intérêts Facebook, impossible à enlever. Ensuite, sur Tinder, on juge les personnes seulement par leurs photos. Il n’y a pas vraiment de texte pour nous décrire par rapport à Adopte Un Mec.

Donc j’y suis restée une semaine et j’ai parlé à aucune personne parce que je n’ai toujours pas compris le fonctionnement de cette application.

Adopte Un Mec

Tout le monde à vu les pubs qui passent régulièrement à la télé pour présenter les différents types de mecs qu’on peut trouver sur ce site ou sur l’app. A la différence des autres apps, Adopte un Mec nous permet d’avoir un vrai profil complet qui est parfois un peu trop approfondi mais on n’est pas obligé de répondre. C’est beaucoup moins basé sur les photos que les deux applications précédentes. Les garçons intéressés envoient des charmes qu’on peut accepter ou refuser. Si on l’accepte, ça lui donne la possibilité d’envoyer un mail.

adopteunmec

Avant d’être une application, Adopte Un Mec est un site internet très connu.

  • L’application, tout comme le site, est très bien faite. On reçoit des doux messages, on recherche des produits régionaux ou des offres. Tout nous fait penser à l’amour et à l’achat. Les hommes sont vraiment considérés comme des produits à acheter.
    • Cependant, la tranche d’âge d’Adopte Un Mec n’est pas la même que sur Lovoo ou Tinder. En effet, même si sur Lovoo il y a en pour tous les âges, sur Adopte, la tranche d’âge est de 25/35 ans. Ce qui est moins cool si on est une jeune fille de 18 ans et qu’on n’est pas intéressée par les hommes de plus de 22 ans.
  • Après, je pense que cette application est quand même un peu plus sérieuse que les deux autres, tant au niveau des conversations que des rencontres. Au moins, sur Adopte on peut se décrire, dire ce qu’on aime, comment on est, etc. Très pratique pour rechercher l’homme de nos rêves.

Bref, Adopte Un Mec c’est quand même un site super rigolo mais pas très dynamique.

Au final, les applications rencontres sont utiles pour des rencontres pas vraiment sérieuses donc je reste toujours pessimiste quant à l’idée de rencontrer l’homme de sa vie sur ce genre d’applications. Ces applications sont quand même amusantes et très addictives parce qu’on passe notre temps à regarder les photos des gens. Lovoo reste l’application que j’ai le plus appréciée parce que je l’ai trouvée plus dynamique que les autres avec des utilisateurs de toutes les sortes.