Le Buzz Pack qui prend le large

Le beau temps arrive (ou est sensé être déjà là) et ça, le Buzz Pack l’a bien compris et nous apporte des airs de vacances accompagné de l’illustratrice Laura Ancona.

L’illustratrice propose une atmosphère toute en couleur estivale, une superbe édition en soi !

La période des festivals est définitivement là et la pochette en est rempli avec tout un tas de programmes dont Cabourg mon amour, Au foin de la rue, Art Sonic ou encore Beauregard qui a lieu ce week-end. Peut-être qu’on s’y croisera ?

 

Saint-Pierre-sur-Dives : l’emplacement idéal pour un marché médiéval

Saint-Pierre-sur-Dives est surtout connu pour son marché le lundi matin dans lequel on peut acheter des animaux de ferme, ainsi que pour ses grandes halles datant du 11e siècle et reconstruites après guerre. C’est un lieu où la période médiévale est ancrée puisqu’en dehors des halles on peut encore visiter l’abbaye bénédictine. A donc été organisé un marché médiéval qui ne peut que se développer dans ce lieu chargé d’histoire.

DSCF6458

Le marché avait lieu dans une petite cour à l’arrière de l’église mais il y avait tout le cloître qui avait été aménagé pour laisser place aux loisirs et surtout aux jeux!

Il s’agit d’un tout petit marché médiéval mais pas moins intéressant en découverte avec des produits originaux. Comme dans tous les événements médiévaux, on a pu retrouver quelques personnes costumées qui, malheureusement étaient plus ciblées dans le médiéval-fantastique que dans l’historique, ce que je trouve toujours dommage. Retrouver un Assassin’s Creed dans un marché ça ne vous surprend pas?

On y est allés au départ dans le but de se restaurer pour le midi et une rue a été barrée spécialement pour ça. Il y avait assez de place et c’est toujours agréable d’avoir un endroit où se poser pour manger un petit quelque chose. Du coup, nous avons goûté à une bière artisanale fabriquée à Lonlay l’Abbaye dans le château de la bière (Orne) et nous avons goûté aux « Crêpes d’Antan » salées et sucrées : un régal !

Le marché médiéval de Saint-Pierre-sur-Dives n’a duré que le temps d’un week-end mais vous pourrez vous rattraper en allant aux Médiévales de Bayeux auxquelles nous avons participé l’année dernière et auxquelles nous participerons de nouveau cette année. Ces dernières qui durent d’habitude aussi le temps d’un week-end ont commencé dimanche dernier pour se terminer ce week-end, une semaine de plaisirs médiévaux en perspective !

Goûtons à un trio de bières normandes

Après une demande pour une visite de la brasserie La Lie toujours sans réponse, nous ne restons pas sur cet échec et nous avons décidé tout de même de goûter les bières artisanales et bio fabriquées dans le Calvados.

C’est la bière qui fait parler d’elle avec ce packaging tout en couleurs et ses noms qui nous chantent aux oreilles: Au pré de ma blonde, La Caenette, L’ambrée du hameau… Bref, de l’originalité qui paie à l’apparence mais on nous a toujours dit de ne pas se fier aux apparences… est-ce vrai dans ce cas ?

Quai des brunes, bière brune (comme son nom l’indique) avec des notes de cacao amer. Pour savoir l’apprécier, il faut être amateur des bières très denses (comme la Guinness). N’étant moi même pas une très grand fan, le goût est tout de même assez agréable, elle n’est pas trop forte (bien moins que la Guinness que je bois très difficilement), et si l’on passe à côté de l’incroyable quantité de dépôt de cette bière, il est possible de bien la savourer. Cependant, j’ai été la seule à l’apprécier puisque mes amis ont trouvé le goût trop fort et la présence du dépôt ainsi que l’odeur les a encore moins convaincus.

Conte & Fleurette, bière rousse brassée à partir d’un seul houblon, très légère et rafraîchissante. Sûrement celle que nous avons tous préférée.

L’ambrée du hameau, bière ambrée, 6%. La couleur est plutôt appétissante, mais la présence de dépôt l’est un peu moins. La bière est bonne mais n’a rien d’exceptionnel pour ce prix…

laliecouleurs

+ : jolies couleurs ; type de bière reconnaissable directement dans son nom (plutôt amusant).

-: le prix mais cela se justifie car c’est artisanal et bio ; le goût n’est parfois pas assez prononcé cependant.

 

Ô Kané vraiment Caennais ?

Après l’Atelier du Burgers et le Pré en Ville nous voici avec un nouvel article burger : Ô Kané.

Ô Kané est un petit restaurant qui nous laisse le choix entre des pizzas ou des burgers, situé dans la rue Arcisse de Caumont, si vous ne voyez toujours pas l’endroit il se place juste à côté du bar Le Préau (ah oui, les bars ça, vous connaissez !) . Il est d’ailleurs possible que vous soyez déjà passés devant sans faire attention à la perle qui se cache derrière cette petite devanture.

La façade nous laisse juste la place pour commander et pour s’asseoir le temps de l’attente. Cependant, ne vous inquiétez pas vous n’êtes pas à la rue une fois les burgers en poche puisque il y a la possibilité de déguster votre commande dans les bars d’à côté. En fait, la rue Arcisse de Caumont a mis en place un happy hour jusqu’à 20h, ô Kané nous offre donc une portion de frites MAISON jusqu’à 20h pour l’achat d’un Burger.

Les frites à elles seules valent le coup de s’arrêter un instant puisque comme je vous le disais plus haut elles sont faites maison (où alors sont d’une très bonne qualité) ce qui est de plus en plus rare. D’ailleurs, niveau qualité nous l’avons retrouvée dans tous les aliments que ça soit pour la viande ou le pain. Nous pourrons la comparer à la qualité du Pré en ville (ce qui est vraiment un bon point, vous savez comme nous aimons cette épicerie). Les burgers sont très goûtus en plus de ça. Nous ne pouvons malheureusement pas vous parler de leurs pizzas puisque malgré le nombre d’amis avec qui nous avons commandé, personne ne s’est tenté pour une pizza.

Assez parler des bons points, abordons une sujet fâcheux en général : le prix.

Étonnamment les burgers ne sont vraiment pas excessifs, allant de 4€ le petit burger jusqu’à 8€ pour le Rhumba. Les pizzas sont quant à elles comprises entre 7 et 11€.

1836698_346943925492561_2077570213375763210_o
Source : page fb

Au final, nous ne pouvons que vous inviter à vous arrêter un soir et à savourer la qualité de leurs burgers pour un prix vraiment accessible.

Du street art à Caen ? | Focus sur Thurb (+ suprise!)

C’est avec grand plaisir que nous avons rencontré le jeune artiste Thurb, autodidacte,  qui pose ses graffs dans l’agglomération caenaise depuis environ un an, après avoir décidé qu’il fallait toucher à tout pour connaître ses techniques préférées. Dans un article précédent, Thurb est apparu dans cette même rubrique « du street art à Caen ? », c’est à ce moment-là qu’on a décidé d’en savoir un peu plus sur lui.

En effet, avant que la rue soit son terrain de jeu et principalement le campus universitaire, c’était sur du papier qu’il déposait sa créativité avec des illustrations qui auraient leur place dans des cartoons.

On vous laisse découvrir son portrait…

thurb1
Source : FB Thurb

Thurb est un blase qui existe depuis deux ans, cela lui permet de se faire connaître dans le milieu où les contacts sont primordiaux.

Avant de faire des graffs, il a crée il y a 5 ans un blog de dessins qui lui a permis de faire des rencontres et de se faire connaître progressivement. En effet à la base, il crée des illustrations en 2D, surtout des personnages, mais il est aujourd’hui dans une phase de test où il cherche à définir quelle technique lui convient le mieux pour ses projets à venir.

ThurbDble vie
Source : FB Thurb

Dans ses œuvres, il cherche avant tout à faire passer des messages, que ça ne reste pas vide de sens ; juste faire passer une idée, parfois avec humour. On peut le voir dans sa toile Double-vie.

Thurb a eu la chance d’exposer à Paris l’année dernière qui a été l’aboutissement de plusieurs mois de travail sur le concept du SPRAYVIEW réalisé à l’aide de Jisbar qui réunissait 25 artistes avec pour but la réalisation d’une bombe de peinture avec leur propre style et univers.

thurb expo
L’expo de Paris sur le concept du SPRAYVIEW. Source :  http://louisbd.blogspot.fr

Le Bang Gang Clan, dont fait parti Thurb, est une crew d’artistes situés sur l’ensemble de la France mais qui se centre plus particulièrement sur la capitale, Paris. Ces derniers font régulièrement des expos, la prochaine aura lieu en septembre.

D’autre part, il a déjà effectué quelques ventes notamment des commandes de toiles de  particuliers ou d’amis. Pour cela, il suffit de le contacter sur sa page facebook.

Si jamais ce n’est pas l’art en tant que tel qui vous intéresse mais des objets plus pratiques ou « utile » (mais l’art c’est utile !), cela fait quelques mois qu’il a crée sa marque de vêtements, essentiellement des t-shirts et sweats. Ce qui lui permet d’être autonome et de continuer de se faire connaître dans un rayon plus large.

Un de ses rêves serait de réaliser une fresques avec l’artiste autrichien Nychos et de laisser sa trace dans des grandes villes des Etats-Unis, berceaux du street art, telles que Los Angeles ou encore New York.

thurbnychos
Fresque de Nychos. Source : The Art of Sharing.

Toujours au lycée, son activité lui prend du temps et cela est parfois difficile de combiner les deux. Heureusement, il a la chance d’avoir un soutien de la part de ses proches. Par la suite, il aimerait intégrer une école d’art.

Présent sur de nombreux réseaux sociaux, vous pouvez le retrouver sur Facebook, Instagram, Twitter et Snapchat (louisbull).

Thurb c’est aussi…

thurbmots

Tentez de gagner ce print sur la page Facebook du blog !

thurbprint