La Carambole, un crêperie à petits prix

Étant étudiante et aussi un peu radine, je cherche les petits restos sympas et pas chers. Aujourd’hui je suis allée pour la première fois à la Carambole sur la rue de Geôle. En plus, très facile d’accès comme c’est à côté de l’arrêt de tram Place de la Mare et donc juste en bas de la fac.

DSCF4665

On est arrivé à 8 après 13h une fois qu’on a appelé pour savoir si c’était possible à cette heure-ci. Le serveur, et aussi cuisinier, a été super sympa, la table était déjà prête quand on est arrivé alors qu’on avait appelé 5mn avant. La salle est assez petite et la déco assez banale (vert anis (ou carambole haha), chocolat et crème). Mais cette simplicité amène la convivialité.

Il y a vraiment beaucoup de fois : il y en a pour tous les goûts et tous les prix. Il y a même des croques ou des salades pour ceux qui n’aiment pas les galettes. Elles sont copieuses et sont accompagnées de deux feuilles de salade, un peu petites les feuilles quand même. Visuellement, c’est pas la folie, ce que je regrette c’est que les galettes sont présentées toutes de la même manière et à part le serveur, on ne reconnait aucune galette d’une autre. Ce que je veux dire, c’est qu’on ne voit pas la garniture parce que ça aurait donné une allure singulière à chaque galette et donc reconnaissable : on aurait encore plus envie de la manger quoi !DSCF4662

J’ai pris une galette Reine : emmental, jambon, bleu d’Auvergne, crème et champignons. Oui, j’avoue, j’avais un peu faim avant de prendre la photo. C’était vraiment bon, il n’y avait pas beaucoup de champignons mais ils étaient frais et puis on sentait bien le bleu d’Auvergne et ça j’aime bien !

DSCF4663 DSCF4664

En dessert, j’ai choisi une crêpe citron (droite), vraiment délicieuse et ma super copiiiine Solène a pris une crêpe au caramel beurre salé. D’après ce qu’elle en a dit, c’était « trop bon » ! Je peux refaire la même remarque que pour les galettes : elles sont présentées pratiquement pareil si on enlève les pépins et si on referme la crêpe au caramel beurre salé comme c’est nous qui l’avons ouverte pour la photo et pour vous rendre compte de la belle couleur du caramel (eh oui ! on pense à vous et vos papilles). Par contre ce que j’ai apprécié c’est la petite rondelle de carambole. Oui, ce serait bête d’aller manger dans une crêperie qui se nomme la Carambole si on ne goûte pas ce que c’est au final. Je ne connaissais pas et c’est  une bonne surprise pour moi parce que c’est vraiment très bon, d’ailleurs où est-ce qu’on peut en trouver ?

Finalement, c’est une très bonne surprise car je ne connaissais pas et pourtant je passe en tram tous les jours devant. Les prix sont vraiment abordables : j’ai payé 10,30€ pour une galette Reine et une crêpe au citron et c’était vraiment très bon. L’accueil est vraiment agréable et le serveur/cuisinier a fermé son restaurant à 15h pour nous alors qu’il ferme habituellement à 14h (encore désolée, d’ailleurs !). Allez y faire un tour !

Publicités

Que faire des vêtements et accessoires qu’on ne veut plus ?

Toutes les filles font en général le tri de son armoire au moins une fois par an. Oui mais une fois triés on ne sait pas toujours quoi en faire et bien que ça peut intéresser quelques copines (encore faut-il faire la même taille), on se retrouve toujours avec un sac rempli de fringues qu’on en met plus dans un coin de sa chambre ou parfois on le remet directement dans son armoire, vu comme ça c’est plus simple !

VENDRE

La meilleur option c’est vendre et puis ça nous rapporte quelques pièces à mettre dans notre porte-monnaie pour la machine à café. Il y a bien sûr tous les sites (archi)connus comme leboncoin.fr, ebay.fr. Sur ces sites on a quand même plus de chance de vendre un vêtement ou un sac de marque qu’un pull acheté à la boutique du coinvide dressing.

Vous pouvez faire un tour sur la page facebook Vide Dressing – Caen (cf photo) dans lequel on peut compter un peu plus de 6000 membres qui essaient tant bien que de mal de vendre. Bon, si vous n’êtes pas de Caen, il y en a sûrement un dans la ville près de chez vous (no panic !). Personnellement, j’ai jamais réussi à vendre quoique ce soit sur cette page, à acheter oui mais pas à vendre. Il y a tellement de personnes qui postent leur annonce qu’on est rapidement plus en une de page et les personnes ne voient pas spécialement l’annonce. Aussi, il y a beaucoup de personnes qui réservent l’article et qui, au final, ne viennent pas au rendez-vous proposé. Ça ne m’est jamais arrivé, mais on se rend compte que c’est le cas de beaucoup de filles qui essaient de vendre sur cette page. Et puis il y a toujours celles/ceux qui veulent pratiquement qu’on leur donne l’article alors qu’on était parti pour le vendre.

ÉCHANGER

Sinon vous pouvez écpretachangerhanger une fringue ou un accessoire qui vous intéresse contre autre chose, c’est à vous de décider. Pour ça, le site pretachanger.fr est assez sympa et plutôt pratique. On peut voir directement ce que la personne veut bien échanger dans son dressing et il y a parfois vraiment faire de belles surprises. En plus, on peut échanger plusieurs articles contre un seul pour que la valeur marchande soit à peu près égale des deux côtés de l’échange : on ne perd pas forcément au change. Bon, en plus de l’échange il faut quand même payer les frais de port et ça peut monter assez rapidement si on envoie des chaussures par la poste. C’est donc un coût en plus qu’il faut prendre en compte.

Du coup, il faut quand même prendre le temps de faire des photos sympas et qui donne envie d’acheter ou échanger et puis parfois, le temps, eh bien, on en a pas.

On peut aussi organiser une journée troc entre ami(e)s ou personnes faisant la même taille que vous. Il existe de plus en plus de personnes qui organisent dans certaines villes des après-midis trocs dans certains endroits, parfois même dans des cafés alors ça peut permettre de passer un bon moment. Cependant, il faut vraiment être sûr de faire la même taille que les autres participantes. On a participé une fois sur Caen à un après-midi troc et au final, à part s’être embêter à ramener tous les sacs de fringue au lieu de rendez-vous, ça ne nous a pas apporter grand chose. Entre les problèmes de taille ou de pointure ou tout simplement parce qu’un vêtement nous intéressait mais de son côté, la personne qui l’échangeait n’était pas du tout intéressée par les articles que nous échangions, au final on a rien échangé et on est reparti avec les mêmes vêtements dans nos sacs.

RECYCLER

Il y a de plus en plus d’enseigne qui reprennent nos vêtements usés. On peut parler de H&M qui recycle nos vêtements, il suffit juste de les ramener dans un sac (au minimum 3 vêtements par sac). Les vêtements sont ensuite transformés fibres textiles avec lesquelles ils peuvent refaire de nouvelles collections ou sinon en d’autre produit comme l’isolant et même de la neige artificielle des sapins. En contrepartie, H&M vous offre un bon d’achat de 5€ à partir de 30€ d’achat. C’est sûr qu’on est un peu vert quand ce qui nous intéresse coûte 29.99€.

Ça ne fait pas parti des fringues, mais de la mode quand même : le parfum. Sephora s’engage à reprendre vos flacons de parfum vides contre 20% sur notre nouveau parfum. Ils reprennent seulement les flacons en verre, aucun miniature ou échantillon.

Avec ce type de démarche, on est quand même poussé à acheter. On cherche à se faire un peu d’argent en vendant nos vieux vêtements et puis on se sent un peu obligé d’acheter dans ces enseignes pour pouvoir utiliser la réduction ou le bon d’achat. Après, c’est à vous de voir, peut-être cherchiez vous à vendre vos vieux vêtements pour en acheter d’autres, dans ce quand c’est un bon plan.

DONNER

Je crois bien que c’est la solution la plus simple. On en veut plus alors autant faire plaisir à d’autres personnes, nan? Il y a plusieurs solutions à qui et où donner. La plus simple c’est à ses ami(e)s, oui elles ou ils seront toujours content(e)s d’avoir de nouvelles fringues à mettre dans leur armoire.

Les œuvres les plus connues sont bien sûr le Secours populaire ou encore Emmaüs. Mais il y aussi le site donnons.org, moins connu mais qui permet de voir ce que les autres personnes donnent aussi. Sinon, il y a les petites bennes blanches qui fleurissent un peu partout dans lesquelles on peut jeter tous les vêtements, chaussures et autres petites choses qu’on ne veut plus. Il faut juste savoir où elles se trouvent près de chez vous et pour le savoir, il suffit d’aller sur le site lerelais.org.

Maintenant que vous savez tout sur quoi faire de ces vêtements et accessoires qu’on ne veut plus, j’espère que le sac plein de fringues dans un coin de votre chambre n’y traîne plus.

26/04 – à la chine ce dimanche…

Fans de vieilleries et collectionneuses, on adore partir le dimanche faire les foires à tout, brocantes et braderies. Ce dimanche, nous sommes allées à celles de Glos et de La-Chapelle-Yvon, près de Lisieux, malgré un temps quelque peu pluvieux.

CE QU’ON A DÉGOTÉ

DSCF4631

À Glos, nous avons trouvé un brocanteur qui vendait un lot de sacs qui coûtait 7€ pour 7 sacs dont un qui nous semble être en vrai croco (si vous savez réellement différencier un vrai d’un faux croco, donner votre astuce qu’on en sache un peu plus!). Pour un brocanteur, il ne les a vraiment pas vendus chers.

DSCF4629 DSCF4630

DSCF4636

DSCF4638

DSCF4640

(la photo vous aidera peut-être à définir si c’est du véritable croco ou pas)

Le Trappist, un bar belge à Caen

Situé sur le port, ce bar belge propose un très large choix de bières. On peut y trouver plus de 130 bières belges dont une vingtaine en pression.

Dès l’entrée, les personnes, un verre à la main, nous communique leur engouement pour cet endroit. On comprend aussi, une fois rentrés, que les gens sont dehors parce qu’il y a peu de places assises pour le nombre de personnes présentes. Probablement à cause du fait que c’était un vendredi soir.

Du coup, vu comment le bar était bondé, on a du attendre pas mal de temps pour se faire servir nos bières. On s’est installé dehors à côté de la porte avec la lumière chauffante, ça c’était plutôt cool puisqu’on a pu resté en t-shirt à l’extérieur sans avoir froid. La musique était vraiment bien choisie et donnait envie de danser. C’est vraiment un bar pour tous âges et on y fait souvent des bonnes rencontres. L’ambiance est très conviviale avec une déco assez rustique et chaleureuse.

DSC06736DSC06737

CELLES QU’ON A TESTÉ

La Kriek pression, la Floris Frambroise & 2 Duvel brune. Au total, on en a eu pour une vingtaine d’euros pour ces quatre verres.

WP_20150424_005DSC06731

On est arrivé un peu tard pour profiter de l’apéro belge, mais si ça vous tente, foncez !

DSC06734

Au final, bonne impression sur ce bar et qui vaut le détour que ce soit pour goûter de nouvelles bières, pour une déco sympa ou pour se retrouver entre amis sans être dans l’ambiance de la rue Ecuyère. En effet, c’est pas du tout le même genre d’ambiance, à partir de 00h30, les serveurs vous font rapidement comprendre qu’il est temps de finir vos verres et d’aller faire un tour ailleurs si vous voulez continuer la soirée. Mais pour une petite soirée tranquille, ça vaut le coup !

Le Sacarabée d’or – Edgar Allan Poe

Edgar Allan Poe, Le scarabée d’or, Gallimard, Folio Classique, 2015

4e DE COUVERTUREscarabée

« Lentement, peu à peu, se déroule une histoire dont tout l’intérêt repose sur une imperceptible déviation de l’intellect, sur une hypothèse audacieuse, sur un dosage imprudent de la Nature dans l’amalgame des facultés. Le lecteur, lié par ce vertige, est contraint de suivre l’auteur dans ses entraînantes déductions. » – Baudelaire


AVIS

On retrouve dans ce livre tout ce qu’on peut aimer de Poe : il est surprenant, entraînant et surtout mystérieux. Comme le dit Baudelaire, l’auteur arrive à nous emmener vraiment là où il veut qu’on aille. Ce que j’ai beaucoup apprécié est la langue, oui, ça fait toujours du bien de lire un livre du 19e siècle juste pour le plaisir d’une belle langue française. La nouvelle est en effet parue en 1843 dans le journal de Philadelphie Dollar Newspaper. En plus, il a été traduit par Baudelaire et ce qui est intéressant dans cette édition (peut-être dans d’autres aussi) est le fait de garder la traduction originale de Baudelaire et donc ses fautes. Du coup, on trouve une note de bas de page qui nous explique la faute de traduction et probablement pourquoi il s’est trompé et j’ai trouvé ça vraiment sympa. Le prix est très attractif aussi : il coûte 2€ à la FNAC, c’est sûr que je ne me suis pas ruinée !

D’autre part, ce que j’ai moins apprécié est la préface qui est longue d’une quarantaine du pages. Oui, je m’attendais à une nouvelle de 140 pages et au final quand on retire la préface et le dossier long d’une trentaine de pages à la suite de la nouvelle, on se retrouve avec un nouvelle longue de moins de 100 pages. Et c’est là qu’on se rend compte que c’est vraiment une nouvelle et qu’une nouvelle se lit très rapidement. Du coup, c’est sympa pour quelques heures, mais en 100 pages on est à peine tenu en haleine que le livre s’achève.

NOTE

4-5